· 

Pouvons nous soigner nos animaux naturellement ?

L’auto-médication chez les animaux

 

Les animaux, à l’état sauvage, savent se soigner grâce aux plantes qu’ils ont à disposition.

Appelé zoopharmacognosie ( du grec zoo (« animal »), pharma (« médicament ») et gnosis (« connaissance »), cette discipline scientifique récente étudie les pratiques par lesquelles les animaux sont en mesure de soigner leurs pathologies grâce à l’auto médication. Une démarche avérée par l’observation mais encore bien mal comprise, et qui suscite bien des interrogations dans le monde scientifique: on pense que c’est grâce à leur instinct inné que les animaux sont en mesure de savoir quelle plante de leur environnement sera en mesure de les guérir. Mais que signifie “instinct inné”?

 

 

Quelques exemples connus d’auto médication

 

le chat

Si vous êtes un habitué des chats, vous avez sûrement déjà observé ceux ci en train de se nourrir d’herbe, bien qu’ils soient strictement carnivores. Cette attitude peut sembler étrange, pourtant elle a un but bien précis : provoquer le vomissement. Ainsi, votre chat n’adopte pas uniquement ce comportement pour vous regarder nettoyer le tapis, mais pour se purger afin de dégager le tube digestif des boules de poils avalées lors de la toilette.

 

le loup

Le loup également est un carnivore qui, dans certains cas, appréciera de se faire des en-cas de végétaux. Les scientifiques les ont à maintes reprises observés en train  d'ingérer de grandes quantité d’orties pour déclencher un vomissement permettant de pallier les inconvénients consécutifs à l’ingestion de viande avariée.

les grands singes

Des comportements d'automédication ont également été observés de nombreuses fois chez grand nombre de primates (autres que les hommes). Les grands singes par exemple, lorsqu’ils sont infectés par des parasites, vont se faire une cure de Vernonia Amygdalina, petit arbuste africain de la famille des asteraceae. Les études les plus récentes ont désormais prouvé la présence d’éléments phyto actifs aux puissantes vertus anti parasitaires contenus dans les feuilles de cette plante (Mamillapalli et al., 2016).

 

les éléphants

Un autre exemple bien connu en zoopharmacognosie est un comportement observé chez les éléphants d’Afrique. Ceux ci ont en effet l’habitude de pratiquer l’automédication en mastiquant longuement des feuilles de Baraginaceae afin de provoquer la mise  bas. Cette plante est appréciée des populations africaines depuis des siècles car elle est utilisée au Kenya sous forme d’infusion par les femmes qui souhaitent provoquer l’accouchement.

 

les tapirs

Les tapirs ont déjà été observés en train de rechercher puis de manger de l'argile, qui pourrait notamment absorber certains métaux lourds et toxines. Appelée géophagie, cette pratique consistant à ingérer des substances minérales serait très commune chez les animaux sauvages pour les mêmes raisons.

 

Ce que la nature a à nous apprendre

Observer les animaux pratiquer l’auto médication pourrait nous enseigner l’utilisation thérapeutique de nouvelles plantes ou nous aider à découvrir des vertus encore inconnues. Mais au delà de l'intérêt thérapeutique pour l’humain, la zoopharmacognosie pourrait également nous apprendre à soigner nos animaux de compagnie.

Aujourd’hui, de plus en plus de vétérinaires dépassent la vision orthodoxe et allopathique généralement imposée et s'intéressent à l’approche naturelle de la santé de nos compagnons.

En effet, au même titre que les humains, ceux ci souffrent de maladies sociétales dues aux changements de mode de vie imposés (changement d’alimentation, sédentarité, intoxication car “il n’y a plus de sanctuaires vierges de pollution”…) et la surmédication ne semble plus être l’approche raisonnable. Ainsi, sans effet secondaire, souvent moins chère, parfois plus efficace, l’approche naturelle de la santé de nos animaux est, nous l'espérons, vouée à se développer.

 

 

Trouver un véto phyto :

• www.imaov.com

• www.avetao.com

 

source :

https://www.plantes-et-sante.fr/articles/phytotherapie/2323-la-phytotherapie-brpour-les-animaux-de-compagnie-aussi

https://blog.defi-ecologique.com/zoopharmacognosie/